Actualités

Voile - Actual Ultim - Un tour du monde a l envers cet hiver (Samedi 24 Juin 2017)
 

À bateau exceptionnel, programme exceptionnel. La mise en place du programme sportif d’un Ultim ne s’appréhende pas de la même façon que celui d’un Multi50 ou même d’un IMOCA. Mûrement réfléchi, le calendrier Actual Ultim 2017 a été façonné à l’image de ce partenariat à taille humaine, aussi ambitieux qu’inédit.

 

Ce samedi, à bord du Queen Mary 2, Samuel Tual, PDG du Groupe Actual, et Yves le Blévec ont annoncé la suite de la saison 2017 de l’Actual Ultim, inédite et renversante : Yves le Blevec va s'élancer sur un tour du monde à l'envers...

 

 

The Bridge, sans hésiter

L’aventure The Bridge s’est immédiatement révélée incontournable : réunir les Ultims sur une Transat à destination de New York bord à bord avec le Queen Mary 2 est véritablement enthousiasmant. Le défi humain et technique de cette épreuve pleine de sens dédiée à un large public répond pleinement aux attentes du programme Actual Ultim.

Yves Le Blevec se nourrit de partage, courir en équipage est pour lui source d’échanges et d’enseignement. Il a donc réuni un team à son image : expérimenté, tourné vers la performance raisonnée, mais où la cohésion humaine prime. 

Et cette Transat arrive à point nommé pour valider le gros chantier technique dont le trimaran rouge et noir vient de bénéficier.

 

Records, Transat ou… 

Pour la suite de la saison, plusieurs hypothèses ont été envisagées. Le skipper Actual s’est notamment penché sur différents parcours record. Les atouts de la Transat Jacques Vabre, à laquelle Yves a déjà participé quatre fois et qu’il a remportée en 2011, ont également été sous-pesés.

 

Parmi ces pistes de réflexion, un parcours est sorti du lot. Il s’est imposé à Yves le Blevec et Samuel Tual, PDG du Groupe Actual, par son haut niveau d’engagement, d’audace et son caractère inédit. Le skipper Actual s’élancera en octobre prochain sur un tour du monde à l’envers.

 

Le tour du monde à l’envers en multicoque

C’est audacieux. « Une navigation de dingue » selon les propres mots d’Yves Le Blevec. Ces trois mois de mer, contre le vent et la houle, sur tous les océans du globe, entre le 47e Nord et jusqu’aux 60e Sud, est inédit en multicoque.

Ce défi est parfaitement en phase avec les ambitions sportives et humaines d’Actual et de son skipper. Il est également adapté au potentiel technique de leur Ultim, récemment fiabilisé et optimisé, à la main d’Yves Le Blevec, pour la navigation en solitaire. Cette tentative de record* représentera enfin une excellente préparation technique en vue du tour du monde des Ultims en solitaire de 2019.

 

« J’ai un truc à écrire »

Yves Le Blevec, skipper Actual : « L’idée est d’aller explorer des espaces que les autres ne vont pas aller chercher. C‘est un défi qui me plait, parce que c’est une navigation de dingue ! Et parce que là, j’ai un truc à écrire… Ce sera dur techniquement et humainement : il faudra trouver la bonne cadence. »

 

 Samuel Tual, Président Directeur Général du Groupe Actual

« Ce défi inédit correspond parfaitement au Groupe Actual, toujours prêt à innover et relever des défis audacieux. Faire le tour du monde seul, ce sera une excellente préparation au Tour du Monde de 2019, mais le faire à l’envers, donne une dimension encore plus particulière à ce challenge très symbolique pour notre Groupe. Comme toutes les entreprises, Actual doit avancer face à des vents et des courants contraires, toujours dans un environnement en mouvement, surtout lorsque l’on travaille dans le monde de l’emploi. » 

 

 

* Temps de référence du Tour du Monde à l'envers détenu par Jean-Luc Van den Heede depuis 2004 : 122j 14h  3min 49s.

___________________________________________

 

Questions à Yves le Blevec

Quel est l’objectif de ce tour du monde à l’envers ? 

Yves Le Blevec : « L’objectif est de partir loin et longtemps pour ramener une joblist complète en vue du tour du monde de 2019. L’idée est de bien travailler pendant ces trois mois, je serai en lien avec l’équipe technique. Et, à l’issue de ce parcours, je devrais bien connaître le bateau... »

 

Quelles sont les principales difficultés techniques ?

Yves Le Blevec : « C’est avant tout sa longueur, pour le bateau comme pour le marin : il faudra tenir 80 à 90 jours. Une conduite prudente va donc s’imposer. Et puis, il y a bien sûr des points de parcours délicats à appréhender, à commencer par le Cap Horn. Il faudra sans doute parfois opter pour une stratégie d’évitement ou d’attente.

Il s’agit d’ouvrir une route, de trouver le meilleur compromis entre performance et préservation du matériel. »

 

Concrètement, comment te prépares-tu ?

Yves Le Blevec : « Nous travaillons avec Christian Dumard (routeur et expert en météo ndlr). Chaque séquence du parcours est analysée. Nous préparons un déroulé précis avec les différentes hypothèses possibles. L’idée étant d’éviter les situations à risque tout en traçant la route la plus courte. »

 

Quels sont les atouts de l’Ultim Actual pour ce parcours ?

Yves Le Blevec : « Il est taillé pour ça. C’est un bateau capable d’affronter de grosses conditions et de façon relativement confortable pour moi. Il n’est certes pas fait pour tirer des bords, mais bien pour naviguer loin, longtemps et vite. »

 

Et toi, comment l’appréhendes-tu ?

Yves Le Blevec : « Passer du temps en mer, en solitaire, me va bien. Il y aura inévitablement des moments difficiles, mais si on ne se projette que là dessus, on n’avance pas. Partir longtemps et loin m’attire vraiment. »



Retour