Actualités

Vendée Globe | Didac Costa : "On verra ce que le Pacifique nous réserve..." (Mardi 3 Janvier 2017)
 

Didac Costa fait preuve d’obstination et est aujourd’hui classé 15e sur les 18 concurrents encore en lice alors qu'il avait pris un deuxième départ, 4 jours après le reste de la flotte. Le skipper espagnol a laissé derrière lui l’océan Indien pour commencer l’année 2017 dans le Pacifique. Après avoir passé une semaine difficile en plein cœur d’une dépression formée au sud de l’Australie, le pompier catalan est déjà fixé sur son nouvel objectif : le cap Horn..

 

Actuellement au sud de la Nouvelle-Zélande, Didac Costa continue sa progression et envoie régulièrement des nouvelles de son Vendée Globe à la terre ferme : " Je termine une semaine difficile, la dépression qui s'est formée au sud de l'Australie a été très éprouvante pour le bateau et moi. Chaque mille a été gagné au prix fort avec de la fatigue accumulée et de nombreuses avaries. Des difficultés avec les pilotes automatiques viennent s'ajouter aux problèmes de voiles. Je vous laisse imaginer à quel point les pilotes sont importants pour un skipper en solitaire.

Des différentes parties qui forment le pilote, il y en a une qui souffre tout particulièrement de l'usure après 8 semaines de navigation : c'est le bras mécanique qui ne cesse jamais de travailler pour maintenir le bon cap. A cause de leur forme, nous appelons ces bras mécaniques des "jambons".

Il s'est passé à peu près la même chose qu'avec les voiles : nous avons décidé de ne pas acheter de bras neufs, les bras mécaniques utilisés lors du précédent tour du monde ont été révisés consciencieusement. Mais ils ont commencé à donner des signes de fatigue assez tôt. Précisément lorsque j'ai remplacé les bras avec ceux de rechange. A ce moment là j'ai eu un problème électronique qui m'a laissé quelques heures sans pilote. Après deux jours sans dormir, trouver une solution n'a pas été facile. Lorsque j'ai réussi à régler ce problème, le soulagement a été énorme. Je me serais vite trouvé dans une situation critique épuisé et sans pilote... Ici dans le sud, un petit souci peut rapidement se transformer en gros problème.

Heureusement, les conditions météo des derniers jours m'ont permis de reprendre des forces et de mener à bien quelques réparations : ajuster les hydrogénérateurs et finir de réparer la trinquette. Je surveille de très près la réparation que j'ai menée dans l'articulation entre la barre et  les pilotes et pour le moment ça tient bon.

L'année commence donc assez bien.

J'ai vu que Jean (Le Cam) a passé le cap Horn en cinquième position. Je suis très content pour lui ! Je connais bien les difficultés qu'il a rencontrées pour monter son projet et ça lui donne encore plus de mérite. Surtout qu'il a toujours trouvé du temps pour nous donner un coup de main... C'est dommage de ne pas pouvoir visionner les vidéos qu'il envoie et qui donnent toujours le sourire.

Nous sommes à mi-parcours. Ce passage symbolique permet de mesurer ce qu'il reste encore à parcourir et la dureté d un Vendée Globe. Mon prochain objectif, même s’il est encore très loin c'est le mythique Cap Horn. Il faudra faire très attention aux voiles et au reste du bateau pour y parvenir... »



Retour